Effets de l'adénosine sur la lymphangiogenèse. (Doctoral thesis)

  • Cardiovascular Research Unit
January 08, 2015 By:
  • Lenoir B.

Le processus de lymphangiogenèse est la formation de nouveaux vaisseaux lymphatiques à partir de vaisseaux préexistants. A l’âge adulte, ce processus apparait presque exclusivement lors de pathologies telles que le cancer, l’inflammation et les lymphoedèmes. La lymphangiogenèse peut également avoir un effet bénéfique dans d’autres pathologies telles que l’infarctus du myocarde. Les processus guidant la lymphangiogenèse restent encore fort méconnus en comparaison de ceux gouvernant l’angiogenèse, formation de nouveaux vaisseaux sanguins. L’adénosine est un nucléoside qui est produit principalement par le métabolisme de l’ATP et de l’AMP. L’adénosine est présente constitutivement dans tout le corps mais sa concentration peut augmenter en cas de stress ou d’hypoxie par exemple. L’adénosine intervient lors de différentes pathologies. Elle peut par exemple être bénéfique lors d’infarctus du myocarde. De récentes études montrent que les macrophages entourant les tumeurs sécrètent de grandes quantités d’adénosine. L’adénosine peut également promouvoir l’angiogenèse. L’impact de l’adénosine sur la lymphangiogenèse reste largement inconnu excepté un effet vasodilatateur. Au cours de ce travail, nous avons observé les effets de l’adénosine sur la lymphangiogenèse. Pour cette étude, nous avons utilisé différents modèles d’étude de la lymphangiogenèse in vitro. Nous avons utilisé des modèles de prolifération cellulaire, de migration, de tubulogenèse et un modèle de sphéroïdes enrobés dans une matrice de collagène. Dans un premier temps, afin d’assurer une quantification objective, nous avons mis au point une méthode de quantification dans le modèle de sphéroïdes en 3 dimensions. Dans tous les modèles in vitro utilisés, l’adénosine inhibe la lymphangiogenèse. Deux modèles d’études in vivo ont également été utilisés. Le premier est un modèle d’implant dans l’oreille de souris et le deuxième consiste en l’utilisation de vecteur adénoviral permettant une surexpression de l’adénosine chez la souris. Dans ces deux modèles in vivo, la lymphangiogenèse est augmentée en présence d’adénosine. Cette réaction lymphangiogénique est associée à une augmentation du nombre de cellules inflammatoires, principalement de macrophages. Le contrôle de la lymphangiogenèse implique le récepteur A2b de l’adénosine et une augmentation de sécrétion de VEGF-A par les macrophages. En conclusion, notre travail permet une meilleure compréhension de l’effet de l’adénosine sur la lymphangiogenèse. Ces résultats pourraient être utiles pour comprendre certains mécanismes de formation de métastases et pourraient identifier de nouvelles cibles thérapeutiques pour la régulation de la lymphangiogenèse.

2015 Jan. Liège: Université de Liège, 2015. 55 p.
Other information